Skip Navigation

About the Exhibition
A Propos de l'exposition

March 30 – June 3, 2012
Perlman Teaching Museum, Kaemmer Family Gallery

Curated by Laurel Bradley and Allison Moore
With contributions by Candace M. Keller

*NOTE: French translations by Chérif Keita and students of French 210, Fall 2012 (see below)*

Mali, with its capitol city of Bamako, is a thriving center for photography in Africa.  Since studio portraitists Seydou Keïta and Malick Sidibé were embraced by the international art market in the 1990s, a local art photography movement has blossomed.  In 1994, Bamako became home to the pan-African photography Biennale, focusing the spotlight on native talent and on continent-wide achievements in the medium.  Every two years, the Biennale – largely funded by European money – has also spawned additional photography programs, institutions and exhibition opportunities. 

Carleton College has a special relationship with this West African nation through a decade-old Off-Campus Studies Program.  Under the exuberant leadership of Chérif Keïta, a native Malian and professor of French and Francophone Studies, Carleton sends students to Mali every other winter term.  The roster of program alumni now numbers well over 200.

Photographing the Social Body: Malian Portraiture from the Studio to the Street embodies the fruitful collaboration between curators Laurel Bradley, Director and Curator of the Perlman Teaching Museum, and Allison M. Moore of the University of South Florida, a scholar who focuses on Malian photography since the establishment of the Biennale. Candace Keller of Michigan State University contributed here expertise on studio-based photographers to the project. The exhibition depends on the talents and generosity of the photographers in the exhibition, and others in Mali who assisted the curators while in Bamako, including Yobi Guindo and Salif Traore. The exhibition is enriched by loans from the Minneapolis Institute of Arts, art galleries in New York, London, and Paris, and private individuals. John Schott of Carleton’s Cinema and Media Studies department pitched in by printing many photographs digitally transported from Mali to Minnesota. The Andrew W. Mellon Foundation, through the Visualizing the Liberal Arts grant, supported this endeavor.


du 30 mars au 3 juin 2012
Musée pédagogique Perlman, Galerie de la famille Kaemmer

Conservateurs: Laurel Bradley et Allison Moore, avec la contribution de Candace Keller.

*Note: Traduit en français par Chérif Keïta et ses étudiants de Français 210, automne 2012*

Le Mali et sa capitale Bamako sont aujourd’hui des hauts-lieux de la photographie en Afrique. Depuis que les photographes portraitistes comme Seydou Keita et Malick Sidibé ont été célébrés par le marché international de l’art dans les années 90, un mouvement local de photographie artistique a pris de l’essor. En 1994, Bamako est devenu le siège de la Biennale de la photographie panafricaine, permettant de faire la lumière sur les talents locaux et sur les réalisations africaines en matière de photographie. Tous les deux ans, la Biennale, financée en grande partie par les bailleurs européens, a donné naissance à d’autres programmes de photographie, à diverses institutions et expositions.

Carleton College entretient un lien special avec cette nation ouest-africaine à travers son programme d’études à l’étranger qui y est basé depuis plus d’une décennie. Grâce à l’initiative du bouillant professeur Chérif Keita, un natif du Mali, Carleton envoie des étudiants au Mali tous les deux ans pendant le trimestre d’hiver. Les anciens de ce programme comptent à ce jour plus de deux cents.

La Photographie du corps social: La photographie de portrait, du studio à la rue est le fruit de la collaboration entre deux conservateurs, Madame Laurel Bradley, la directrice du Musée pédagogique Perlman de Carleton, et le Professeur Allison Moore de l’Université de Floride du sud, dont les travaux de recherche portent sur la photographie au Mali depuis la création de la Biennale de la Photographie. Le Professeur Candace Keller de l’Université d’Etat du Michigan, a aussi apporté son expertise sur la photographie de studio à ce projet. L’exposition doit beaucoup au talent et à la générosité des photographes exposés ici, et également à l’aide d’autres personnes qui ont guidé les conservateurs  dans leur travail à Bamako, comme MM. Yobi Guindo et Salif Traoré. L’exposition a été enrichie par les prêts consentis par l‘Institut d’Art de Minneapolis, des galeries de New York, de Londres, de Paris et par des collectionneurs privés. Le Professeur John Schott, du département de Cinéma et de Média nous a aidés à imprimer plusieurs photos qui nous sont parvenues sous forme numérique du Mali. La Fondation Andrew W. Mellon a soutenu l’exposition à travers sa bourse destinée à la promotion des études visuelles à l’université.

Corps Habitable
Alioune Bâ (b. 1959), Corps Habitable, 2008